• Mon profil professionnel

    Webmarketeur | Webmaster | Community Manager
    Graphiste 2D 3D vidéo | Support informatique
  • Me contacter

    Merci !

    Merci pour votre message !

    Il manque des infos !

  • Accueil
  • /Ecommerce
  • /E-commerce : Une boutique en ligne, c’est avant tout … une boutique
E-commerce : Une boutique en ligne, c’est avant tout … une boutique

E-commerce : Une boutique en ligne, c’est avant tout … une boutique

Vous avez déjà lu cette phrase quelque part…et pour cause ! C’est tout simplement la baseline de ce blog ! Il était temps que je vous fournisse quelques explications.

Derrière la formule toute faite se cache une réalité bien souvent ignorée par les néo-ecommerçants.

En relisant mes anciennes publications liées au commerce en ligne, je me suis aperçu que la grande majorité de vos commentaires et questions portaient essentiellement sur la technique.

  • Quel outil choisir entre Blogpress et Fritashop ?
  • Quelle est le meilleur plugin ecommerce entre Rôtishop et ZZ-commerce ? (les spécialistes sauront reconnaître les versions originales).

Je peux vous apporter une réponse, comme beaucoup d’autres spécialistes.

Les plus mauvais vous imposeront leur vision et leurs outils avec des idées préconçues, sans tenir compte de vos particularités.

Ceux ayant un peu plus d’éthique, dont j’éspère d’ailleurs faire partie, vous répondront au cas par cas, aprés avoir listé un certain nombre de contraintes et de pré-requis qui font que chaque projet est unique.

Et cela concerne toutes les étapes de la vie de votre boutique : de la pré-analyse à sa mise en ligne, en passant par chaque phase de sa conception.

Mais au-delà des réponses techniques qui vous permettraient de défrîcher (ou déchiffrer, c’est selon !) cette jungle amazonienne virtuelle, il me paraît indispensable et vital de vérifier la présence d’un critère essentiel dans votre projet. En son absence, toute boutique e-commerce serait irrémédiablement vouée à l’échec. Et cela, peu importent les outils, les spécialistes, la plateforme, le budget ou la technique.

Vous voyez où je veux en venir ?

Je parle bien évidemment de la fibre commerciale, voire commerçante pour être plus précis.

On a beau être parachutés à l’ère du Web 17.0, les chiens ne font toujours pas des chats. Et les plus grands succès commerciaux restent étroitement liés au talent stratégique/commercial de leur initiateur (et parfois aussi à un peu de chance, je veux bien le concéder).

Vous pouvez avoir trouvé le meilleur concept du monde, mais si vous ne savez pas comment le vendre, il ne vous reste plus qu’à regarder comment les autres le feront à votre place.

Je vous ressers la même phrase sur un plateau :

[quote]Une boutique en ligne, c’est avant tout … une boutique[/quote]

Ça rentre ?

Le client est roi

Voilà une autre phrase clé qui doit rester affichée en permanence sur un post-it collé à votre écran !

Quels sont les sites qui vont vous inciter à acheter ?

  • Ceux qui sont bourrés d’animations flash à en vomir, avec des boutons colorés dans tous les coins,
  • ou bien la boutique sobre qui vous présente des photos détaillées et des informations claires sur chaque article ?

Techniquement et graphiquement, les sites d’Amazon, de Rue du Commerce ou de la Fnac peuvent sembler moins impressionnants qu’un beau template WordPress. Ils sont pourtant bien plus efficaces en terme de transformation. Imposez-leur un thème WordPress ou Joomla très « hype » avec des beaux sliders full page bien lourds, et je vous garantis une chute de 50% dans leurs ventes !

Il n’existe pas de recette miracle, en dehors d’un principe vieux comme le monde, et donc comme le commerce : pour faire plaisir à un client, mettez-vous à sa place !

Parcourez votre boutique avec un oeil critique et extérieur, en tentant de rentrer dans la peau d’un client cherchant un article précis. Passez une commande en oubliant volontairement les détails techniques ou graphiques des recoins de votre boutique. Et si cela ne suffit pas, embauchez Tonton Roger ou Tatie Jacqueline pour jouer les cobayes le temps d’un après-midi…

Vous en apprendrez bien plus qu’en lisant des conseils de spécialistes en marketing…

Ceci dit, les clés de la réussite ne se jouent pas qu’au niveau du client. Le talent et les compétences de l’équipe occupent une place prépondérante.

Internet n’est qu’un outil. Tout comme l’ordinateur.

Illustrons mes propos par un exemple que je connais très bien pour avoir côtoyé le domaine pendant 15 ans : la 3D.

Prenez les meilleurs infographistes 3D, ceux qui vous pondent des chef-d’oeuvre au kilo chez Disney et Pixar. Plongez-les 25 ans en arrière, avant même l’Amstrad et le Commodore 64. Vous réaliserez alors qu’ils feront tout de même partie des meilleurs artistes du moment, en utilisant toutefois les outils et techniques graphiques de l’époque.

Pour le commerce, c’est la même chose. Les grands entrepreneurs d’hier sont ceux qui réussiraient le mieux encore aujourd’hui.

Tiens ! C’est pas Bernard Tapie qui vend des machines à laver sur Internet maintenant ?

La plateforme ecommerce de votre boutique occupe une importance évidente. Mais elle ne détient en aucun cas les clés du succès ! Comment se baser uniquement sur la technique, en omettant de travailler en profondeur sur le marché, les concurrents, les fournisseurs, les marges, le business plan, le marketing, les partenaires et prestataires…?

Oui mais moi, je n’y connais rien en business !

Voilà le défaut majeur des techniciens, ou de ceux qui ne basent leur projet ecommerce que sur l’outil.

Rassurez-vous, il est toujours possible de se faire aider. Lancer son business sur Internet n’est pas l’apanage de ceux qui maîtrisent technique et marketing sous tous les angles. La porte reste ouverte à tout le monde. Il suffit de lister les domaines où vous n’excellez pas, et trouver les ressources externes qui vont combler ce manque.

Prenez l’exemple de votre voiture. Est-ce que chaque année, vous faites sa vidange vous-même ? Vous changez ses multiples filtres, contrôlez tous les niveaux ? Non. La majorité d’entre vous fait appel à un prestataire externe.

Par contre, vous prenez certainement à votre charge certaines tâches plus accessibles comme vérifier la pression des pneus, ou remplir le réservoir de liquide lave-vitre.

En suivant une logique similaire avec votre boutique e-commerce, il faudra vous tourner vers les bons spécialistes pour combler vos lacunes. Et cela nécessite en premier lieu de bien les identifier, afin de segmenter les domaines que vous ne maîtrisez pas en deux catégories :

  • Ce que vous souhaitez (et implicitement pouvez) apprendre, pour le faire par vous-même > une formation (cours en ligne, cours privé, autoformation…) vous permettra de vous mettre à niveau.
  • Ce qui dépasse le cadre de vos compétences, ou tout simplement votre temps disponible > une aide externe (freelance, agence, salarié…) vous permettra de déléguer cette tâche en toute confiance.

Alors avant d’analyser votre projet de boutique, commencez par votre propre bilan de compétences en premier lieu. Définissez vos points faibles et forts, pour savoir dès le début ce que les domaines que vous ne maîtrisez pas vont vous coûter, en temps et en argent.

La boutique peut être virtuelle, le business sur lequel elle repose est lui bien réel. Vendre sur Internet ne dispense en aucun cas de gérer les contraintes financières, administratives et commerciales.

Accepter votre manque de connaissances et de compétences sur certains sujets vous permettra toujours d’aller plus loin que celui qui s’entête en pensant qu’il peut tout gérer seul, ou celui qui préfère économiser quelques centaines d’euros en se formant pendant des semaines dans un domaine ou il n’excellera jamais.

Cette règle s’applique à tous les champs de compétence, sans aucune restriction :

  • Comptabilité
  • Marketing
  • Publicité
  • Graphisme
  • Programmation…

Vous l’aurez bien compris, le succès d’une boutique en ligne se jauge bien au delà de quelques points techniques.

D’une règle générale, prendre du recul pour porter un regard externe et neuf sur votre projet vous permettra de progresser et corriger les trajectoires défaillantes.

Bref, comme dans tout commerce « physique » !

Commenter via Facebook

5 thoughts on “E-commerce : Une boutique en ligne, c’est avant tout … une boutique

  1. Bonjour Christophe,
    Tout à fait d’accord avec ton analyse! Je créé des sites ecommerce et je vois trop de clients qui pensent qu’un commerce sur internet « fonctionne tout seul » et échappe au sens commun appliqué à n’importe quel commerce. Pourtant, être eCommerçant, c’est faire au moins deux métiers: commerçant et webmaster, avec toutes les sous-casquettes que ces deux rôles impliquent.
    A bientôt!
    Dernier article de MarieEve : Comment rechercher sur Google: 20 astuces à connaître

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge