• Mon profil professionnel

    Webmarketeur | Webmaster | Community Manager
    Graphiste 2D 3D vidéo | Support informatique
  • Me contacter

    Merci !

    Merci pour votre message !

    Il manque des infos !

Comparatif : le Guide des plateformes Freelance

Comparatif : le Guide des plateformes Freelance

Je les ai testées en long, en large et en travers depuis plus d’un an. Les plateformes dédiées au travail freelance se partagent un gâteau énorme, grandissant un peu plus chaque jour.

A mon sens, le télétravail est l’avenir de notre quotidien. Abroger les limites de temps et de distance me parait indispensable dans une société qui cherche toujours plus, toujours plus vite.

Pourquoi perdre 2 heures de mon temps dans les transports, et devoir me rendre dépendant d’un planning horaire identique à tous mes collègues, quand je peux travailler tranquillement depuis chez moi quand je veux, comme je veux ?

Et contrairement aux idées reçues, le télétravailleur n’en fait pas moins que l’employé de bureau. Au contraire, les moyens de surveillance mis en œuvre dans un projet incluant des freelances permettent de faire un suivi complet de son travail, et de consulter son activité très précisément (captures d’écran, taux d’activité clavier/souris, webcam…).

Le télétravail est une alternative à prendre en considération pour lutter contre les problèmes d’emploi actuels. Certes, il n’offre pas la même stabilité qu’un bon vieux CDI. Mais les Français vont devoir apprendre à vivre sans les œillères qu’on leur a imposées depuis des années. L’emploi garanti à vie, ça n’existe plus. Il faut faire preuve aujourd’hui de compétitivité et de talent pour recevoir ce qu’on mérite.

Regardez simplement ce qui se passe ailleurs en Europe, pour comparer la flexibilité de l’emploi chez nos voisins (je ne parle même pas des Etats-Unis) et en France.

Bref, le télétravail, notamment en freelance, c’est l’avenir. Une fois que vous êtes convaincu de cela, vous êtes prêt à vous lancer.

Oui mais comment ? Où chercher des clients qui embauchent des freelances ?

Internet vient à notre rescousse, puisque de nombreux sites se battent pour le leadership du marché des projets freelance. Ils sont américains pour la plupart, et quelques français pointent même le bout de leur nez.

Certains sont généralistes, d’autres spécialisés sur certains secteurs.

J’ai testé les plus connus, ceux qui offrent plus de chance de réussite puisque proposant un plus gros volume de projets. Et voici mon avis en ce qui les concerne…

Oh my lord !

Les sites en anglais sont la référence sur le marché, et ce n’est pas qu’une histoire de langue. Vous allez voir qu’ils offrent bien plus de possibilités…

A noter que tous les sites vous prélèvent un pourcentage sur les projets remportés. Et ils vous proposent d’autres services/abonnements payants en plus.

Et sur chacun de ces sites, vous disposez d’un profil de freelance qui décrit vos compétences, votre expérience, votre portfolio, l’historique de vos contrats et le plus important : les sacro-saintes évaluations des employeurs à votre sujet.

Guru

Assez sympa sur le principe, Guru offre sa chance aux débutants puisqu’un compte basique gratuit permet de se faire la main gratuitement (10 enchères par mois). Cela reste très hypothétique car de nombreuses limitations s’appliquent au compte basique (joindre des fichiers, promotions, icônes de mise en avant…).

On se sent donc très vite obligé de mettre la main au porte-monnaie. Et là ça fait mal, puisqu’il faut payer un abonnement pour chaque type de catégorie, au minimum 25$/mois. Si vous vendez plusieurs types de prestations comme moi, ça vous fait déjà perdre 100$ avant même d’avoir lu la première offre.

En plus on se retrouve en concurrence avec les vautours qui vivotent de l’abonnement basique gratuit, prêts à bosser pour 1$/heure. Pas concluant donc.

www.guru.com
Densité/choix d’offres : 3/5
Abonnement : gratuit (compte basique 10 enchère par mois) ou 25$ par secteur d’activité
Commissions : 4,5 à 9% en fonction de l’abonnement

Freelancer

Je l’associe à Guru, car il dispose des mêmes défauts/qualités. Un compte basique gratuit permet à toutes les petites mains des pays en voie de développement de proposer leurs services (10 enchères par mois). Pour ceux qui réussissent bien sur la plateforme, des abonnements payants leurs permettent de disposer de plus d’avantages (enchères, commissions plus basses).

C’est une des rares plateformes où le porteur de projet peut être soumis à une commission ! Assez rébarbatif d’après moi.

D’après mon expérience, on y passe beaucoup de temps à enchérir, mais peu à y travailler (sauf si vous acceptez de bosser pour moins de 5$/heure).

Et puis un site pro qui affiche des bannières de pub, enfin voilà quoi…

www.freelancer.com
Densité/choix d’offres : 3/5
Abonnement : gratuit (compte basique 10 enchère par mois) ou 4 à 38$ par mois
Commissions : 3 à 10% pour le freelance, 0 à 3% pour l’employeur, en fonction de l’abonnement

Elance

Voilà un de mes préférés. J’y trouve les clients et les projets les plus sérieux, mais ce n’est pas par hasard.

La première fois que j’ai utilisé Elance, c’était en tant qu’employeur il y a plus de 10 ans ! Ca en dit long sur la référence que ce site représente.

Comme on peut s’en douter, l’ancienneté et la popularité d’Elance lui permettent de brasser un volume phénoménal d’offres de projets. C’est certainement le plus important de tous les sites présentés ici.

En plus, l’équipe en place cherche à se développer encore plus à l’international, en proposant des traductions pour certaines parties du site (j’ai même participé à la « localisation » en français des pages principales du site, en temps que freelance prestataire ! Oui Elance utilise sa propre plateforme pour embaucher !

La version française est encore embryonnaire, mais elle risque de truster le marché quand elle débarquera dans l’hexagone, où les solutions actuelles sont vraiment peu convaincantes.

Ici pas de compte gratuit. Il faut investir pour prouver son sérieux. Et même avec un abonnement, rien n’est garanti si on ne construit pas un profil solide, sérieux, en accumulant petit à petit l’expérience nécessaire qui permet de se faire un nom et une réputation.

J’adore : l’outil de tracking à installer gratuitement sur sa machine, qui permet de faire le suivi de votre travail, en comptant le temps passé, associé à des captures d’écran et/ou de webcam (très rassurant pour l’employeur).

Les contrats proposés sont à prix fixe (à la tâche) ou au taux horaire (en dollars us). A vous de déterminer vos tarifs à l’avance, car on y discute beaucoup.

Seul point noir qui me dérange : il faut payer un abonnement par catégorie, ce qui pénalise les freelances de mon espèce, qui proposent des multi-compétences. Et toujours ce satané compte gratuit, certes intéressant pour les nouveaux venus, mais qui permet de prolonger la présence de prestataires ultra low cost.

www.elance.com
Densité/choix d’offres
: 5/5
Abonnement : gratuit (compte basique 15 enchère par mois) ou 10 à 40$ par mois pour un secteur (+5$ par secteur)
Commissions : 6,75 à 8,75% pour le freelance, en fonction de l’abonnement

Odesk

Odesk c’est mon favori de ce comparatif. C’est là que j’y trouve la majorité de mes contrats. Et pourtant, j’étais parti dessus avec un à priori défavorable.

Trop peu emballé par le design simpliste de l’interface (quasiment que du texte, surtout un an en arrière), je n’y voyais là qu’un clone d’Elance. Et pourtant, en y faisant mes premières enchères, j’ai tout de suite décroché des contrats, et avec des clients francophones du monde entier. Ce sont eux qui m’ont initié et convaincu de l’efficacité de cet outil.

Et en y regardant bien, le volume de projets semble tout aussi important que sur Elance.

J’adore : l’outil de tracking à installer gratuitement sur sa machine, qui permet de faire le suivi de votre travail, en comptant le temps passé, associé à des captures d’écran et/ou de webcam (très rassurant pour l’employeur).

Les contrats proposés sont à prix fixe (à la tâche) ou au taux horaire (en dollars us). A vous de déterminer vos tarifs à l’avance, car on y discute beaucoup.

Contrairement à tous ses concurrents, Odesk ne base pas son business model sur les abonnements. Le ticket d’entrée est gratuit pour tout le monde, bonjour la concurrence !

Et aussi incroyable que cela puisse paraître, cela ne gène en rien le fait de pouvoir décrocher des contrats, au contraire ! La concurrence est saine, tout le monde paye la même commission de 10% (ouille !), qu’on soit petit freelance débutant à Bangalore ou Web Agency de 30 personnes à Miami !

Et c’est votre expérience et les évaluations positives de vos clients qui vous donne le droit d’enchérir plus souvent que le nouveau venu. Voilà un système juste.

La seule chose qui fait la différence, c’est votre prix et vos compétences (appuyées par un profil et des évaluations en béton armé – ne décevez jamais un client pour réussir).

Grossièrement, sur Odesk (et un peu ailleurs aussi), on trouve 2 types de projets :

  1. les super low cost où seul le prix fera la différence. Cela concerne surtout les tâches peu qualifiées comme la rédaction SEO pour du contenu de masse.
  2. les jobs qualifiés où les compétences du freelance ont un rôle majeur : consultant, développeur, marketeur, graphiste spécialisé…

Pour résumer, Odesk sur le papier, s’annonce comme le chaos total. Dans la pratique, cette « loi de la jungle » s’auto-structure pour générer un écosystème professionnel complètement viable.

Tout ce qui lui manque, c’est le manque de volonté actuelle pour la localisation du site. Je les ai contactés pour les aider à proposer le site en français, ils s’en fichent !

www.odesk.com
Densité/choix d’offres : 5/5
Abonnement : gratuit. Nombre d’enchères possibles de 2 à 25 pour 30 jours en fonction de votre profil (évaluation, ancienneté et vérification)
Commissions : 10% pour le freelance

Aux armes, citoyens !

A côté de ces mastodontes, quelques irréductibles gaulois tentent de résister avant l’arrivée massive programmée sur l’Europe. J’imagine qu’on va suivre le modèle d’eBay, qui avait englouti Ibazar lors de son arrivée en France (je vous parle d’un temps, que les moins de 20 ans…).

Certains propriétaires de sites dédié au freelancing doivent déjà se frotter les mains en pensant à la revente…

Cyberworkers

Alors eux, je n’ai pas rédigé cet article pour leur tailler un costard, mais presque !

En dehors d’un site immonde, bourré de pubs Google digne d’un blog Pixmania des années 90 (d’ailleurs ils se vantent d’exister depuis 96), leur business model est basé sur le spamming.

Je me suis inscrit pour voir il y a 12 ans, et aujourd’hui encore ils continent de me spammer malgré mes tentatives de désinscription.

Chez Cyberworkers, c’est comme au poker, il faut payer pour voir.

On annonce plein de missions freelance, mais on peut les consulter qu’après avoir raqué, et sévèrement raqué  : 90 Euros HT par mois ! Pour consulter une liste d’annonce sans aucune garantie de succès. Ca va pas la tête, non ?

Conclusion : à fuir !

www.cyberworkers.com
Densité/choix d’offres : néant (on ne voit que des titres d’annonce, va savoir ce qui se cache derrière puisque les employeurs ne se créent pas de compte)
Abonnement : 90 HT Euros par mois – je vous conseille plutôt d’acheter 25 PIF gadget à ce prix, pour une bonne lecture garantie (prix d’ami à 600 Euro par an)
Commissions : apparemment non

Freelance market

Pas grand chose à dire sur eux, ni en bien ni en mal.

J’ai certes travaillé pour l’éditeur de cette plateforme (un suisse-allemand) afin de superviser la traduction en français, l’ergonomie et l’environnement général du site. Mais comme il est encore nouveau sur le marché, il est encore totalement vide. A voir dans quelques années donc.

www.freelance-market.fr
Densité/choix d’offres : vide
Abonnement : gratuit
Commissions : système complexe censé être plus avantageux, où le freelance paye pour la mise en relation avec le client (prix déterminé par le taux horaire)

Codeur

« Codeur, ça rime avec voleur ! » Voilà la triste réputation que traîne ce site.

C’est pourtant le leader déclaré en France dans le secteur.

Sur le principe, le site est fonctionnel et brasse un volume significatif d’offres (par rapport au simple marché français).

J’y ai décroché quelques contrats anecdotiques. Pourtant il n’y a pas de compte gratuit, il faut payer pour enchérir.

Mais, il y a des mais, un certain nombres de défauts chroniques me font délaisser cette plateforme (je ne renouvellerai pas mon abonnement qui expire demain) :

– Tout se paye à la tâche (pas de contrat horaire).

– Le paiement est géré en dehors de la plateforme, contrairement au couple Odesk / Elance qui encaissent les paiements, ce qui vous garantit d’être payé. Il faut gérer les paiements manuellement, ce qui fait perdre du temps et des nerfs quand on pleure pour être payé.

– Prix exorbitant de l’abonnement mensuel : 29 ou 49 Euros HT !

– Par dessus, Codeur prend 4% de commission.

– Et malgré tout ce qu’on leur donne, ils se permettent encore de vous menacer de suspension si vous montrez votre profil Elance/Odesk à des clients potentiels, ce qui s’apparenterait à de la pub déloyale.
Du coup, le forum privé des prestataires de Codeur est devenu une sorte de formulaire de dénonciation : tout prestataire trop low cost s’y trouve systématiquement fustigé, et bon nombres d’enchères sont supprimées par les administrateurs suite à ces dénonciations, pour « tarif déloyal » ! Ca me rappelle certains thèmes de la campagne présidentielle tout ça…

– Ce prix couvre une sorte de garantie tacite pour les prestataires, puisque le formulaire d’inscription nécessite un numéro SIRET ou équivalent européen, ce qui exclut d’emblée les pays low cost. Pourtant, la plateforme regorge de prestataires essentiellement localisés au Maghreb et Madagascar. 8 fois sur 10, ce sont eux qui remportent les projets.

J’espère que les gens de Codeur ne vont pas encore me tomber sur le coin du nez. Je ne dis pas que je n’y retournerai pas un jour.

Mais Codeur est en train de louper le virage de l’internationalisation, et n’écoute pas assez les points de vue externe (on a beau donner son opinion dans les forums des prestataires, notre avis ne compte finalement jamais). A trop se renfermer sur sa coquille franco-française, il risque de se casser les dents.

www.codeur.com
Densité/choix d’offres : 2/5
Abonnement : 29 ou 49 Euros HT par mois
Commissions : 4%

Graphiste

Nouveau bébé de l’équipe de Codeur, ce site ne concerne que les projets de graphisme. Bien joué pour le nom de domaine, il a du coûter cher !

Son concept est inspiré de certains sites américains : les prestataires n’enchérissent pas avec un prix, mais directement avec une proposition graphique. Il faut donc prendre le risque de bosser à l’oeil 90% de son temps, en espérant décrocher la timballe qui permettra à peine de compenser les pertes engendrées. What’s the point ? Next…

www.graphiste.com
Densité/choix d’offres : N/A ce n’est pas une histoire de choix, mais de possibilités
Abonnement : aucun
Commissions : aucun – on touche juste un pourcentage des tarifs fixés par la plateforme, si on gagne le projet

Progonline

Difficile pour moi de me prononcer sur ce site, car je ne l’ai pas testé à titre personnel. Mais d’après tout ce que j’ai pu lire, c’est le bas du bas en terme commercial (harcèlement téléphonique, arnaques diverses, fausses annonces…).

Certes, ces témoignages viennent des forums de Codeur, mais ils ont l’air sincères. Alors si vous testez ce service, prudence…

Prêts à vous lancer dans la communauté freelance ?

Voilà, j’espère que ce tour d’horizon vous permettra d’y voir plus clair, avant de vous lancer dans la formidable aventure de freelance, voire de digital nomad.

Quant à ceux qui vont avancer l’argument que ce type de jobs instables favorisent la précarité, ou la perte d’emploi, ils n’ont rien compris à la situation. La question de demain n’est plus si oui ou non le travail freelance à distance est une solution. Cette délocalisation des services est totalement inévitable, alors autant prendre le train en marche, non ?

 

Commenter via Facebook

18 thoughts on “Comparatif : le Guide des plateformes Freelance

  1. Votre article est la seule comparaison digne du nom des places de marché freelance que j’ai trouvé en français. Félicitations pour le travail accompli et merci d’avoir investi le temps. J’espère que l’investissement a été récompensé par quelques jobs supplémentaires.

    Ce qui est dommage néanmoins, c’est que vous évaluez du point de vue du freelance, tandis que je suis un potentiel acheteur. Mais vous mentionnez que vous avez utilisé ces plateformes comme acheteur aussi. Pourriez-vous établir un petit ranking de ces services pour les acheteurs?

    Je cherche essentiellement pour des projets graphiques. D’ailleurs, si vous souhaitez vous positionner pour un petit boulot de développement de logo + intégration dans WordPress, contactez-moi.

  2. Bonjour,

    Merci pour cet article, je ne connaissait que O’Desk…

    Petite question subsidiaire, travaillant sur O’Desk, je me demande comment (et s’il le faut vraiment…) déclaré ses revenus O’Desk en France.

    Si vous avez un élément de réponse, je suis preneuse!

    Merci

    • Bonjour Helene,

      En France, légalement, vous devez déclarer tous vos revenus, y compris ceux fait avec des sociétés étrangères (dans votre cas Odesk). La forme de la déclaration dépend de votre statut (auto-entrepreneur…).
      Est-ce que Odesk vous fournit des factures ?

      PS: si vous voulez travailler sur une plateforme comme Odesk mais en français, il existe Humaneos.

    • Bonjour,

      J’avoue que je suis preneuse aussi pour les réponses à ta question, parce que je suis depuis peu auto-entrepreneuse, et inscrite sur un site de free lance sur lequel je fais quelques missions.
      Le problème est que l’on ne peut pas faire entrer ces factures virtuelles dans la numérotation que demande un suivi correct de facturation.

      Et puis ces sites se sucrent déjà bien, ça peut pas compter comme un impôt déjà ? ^^

  3. Je ne connaissais pas tous ces sites, en tout cas c’est un excellent comparatif de plateforme pour freelances ! Je découvrez notamment Guru et Freelance market qui ont l’air pas mal du tout, merci pour ces découvertes, je bookmark !
    Dernier article de Maximilien@Web and Seo : Bonne année 2013 !

  4. Je mes suis inscrit sur Elance, ils ont de bonnes idées, mais il y a quand même des remarques à faire :
    – on est en concurrence avec des gens qui demandant 10 fois moins, bon ça Elance n’y est pour rien mais ça peut être parfois désespérant quand même.
    – les tests de compétences : l’idée est bonne, mais beaucoup de ces tests ne sont plus à jour. Des librairies qui ne sont plus utilisées, des questions sur l’API Facebook pour des fonctionnalités qui n’existent plus etc.

    Bon sinon, pour les curieux qui ont regardé la structure des liens vers les sites en question, on a compris que l’auteur de cet article est affilié avec Elance et Odesk. Ce n’est pas un problème en soit mais il aurait été honnête de le marquer quelque part

    • Rien à cacher, ce sont 2 liens d’affiliation qui m’ont rapporté à ce jour… 0 €.

      J’ai choisi de tester ces 2 régies d’affiliation car comme je le dis dans l’article, ce sont les 2 plateformes (Elance et Odesk) que je préfère et avec lesquelles j’ai le plus travaillé, et de loin.
      Voilà pourquoi l’article comporte des liens d’affiliation.

      J’aurais pu aussi m’inscrire dans les programmes d’affiliation des autres plateformes, mais je ne l’ai pas fait. Bizarre, non ?

      Si cela vous dérange, voici les urls directes : elance.com et odesk.com

      Bonne chance dans votre carrière de freelance.

      • Merci, non les systèmes d’affiliations ne me dérangent pas.
        Mais dans un article qui se veut être un comparatif, les liens potentiels entre l’auteur et le(s) sujet(s) de l’article se doivent, à mon humble d’avis, d’être énoncés.

        En tout cas, vous avez validé mon commentaire, et c’est tout à cotre honneur.

  5. Bonjour,

    Bravo pour cet article qui présente bien l’ensemble des plateformes permettant au freelance de trouver des clients.

    Permettez moi de vous présenter notre site withdesigners qui facilite les rencontres entre entreprises et créatifs. Nous nous positionnons comme un service commercial externe, les créatifs ont la possibilité de voir les projets publiés par nos clients et d’être mis en relation avec les prospects les plus intéressants. Un système de crédits leurs permet d’accéder directement aux coordonnées des clients pour vendre leurs prestations au téléphone ou au cours d’un entretien.

    Du coté du client, nous le conseillons sur son budget et son projet et sélectionnons nous même un nombre limité de candidats à lui envoyer (entre deux et cinq créatifs) Cela a le mérite de lui proposer un service gratuit et de qualité pour lui permettre de trouver la perle rare.

    Pour reprendre votre comparatif, voici les principaux points de notre offre :

    http://www.withdesigners.com
    Abonnement : pas d’abonnement mais un système de pack de crédits pour des tarifs de 196€ ht à 490€ ht
    Commissions : aucune commission

    Bonne journée à tous.

    Elise

  6. Bonjour,
    Un grand merci pour cette étude sur les sites spécialisés freelance.
    Hormis, Humaneos, si je comprends bien, le marché français est encore frileux !

  7. Bonjour Kris,

    C’est un excellent article qui permet d’y voir plus clair.

    Lors de ces deux années qui se sont écoulées depuis votre étude comparative, est-ce qu’il y a eu de l’évolution sur certaines plateformes? (en bien ou en moins bien d’ailleurs :D )

    J’hésite à franchir le pas sur codeur.com, du coup je vais aller fureter sur certaines autres plateformes que je ne connaissais pas, merci!

    Ps : faisant également de l’affiliation, cela ne me dérange pas non plus ;)

    Bonne journée.
    Dernier article de Karen : Idées cadeaux de dernière minute pour la fête des mères

  8. Super article !
    Bref lorqu’on a un projet franco-français avec un besoin de compétences pointues, c’est pas gagner de trouver le prestataire en France !

  9. Bonjour,

    Je me suis inscrit sur une poignée de ces sites, et quelques autres.

    Il doit y avoir quelque chose qui m’échappe car, sur Odesk par exemple, les recherches de postes en développement sont payées un montant ridicule (15$/h dans le meilleur des cas, souvent <5$/h), et on se retrouve à postuler au milieu de plusieurs dizaines de milliers (!) d'autres candidats.

    Même avec un bon profil, à ce tarif là on ne vit pas en France, et autant dire qu'avec une telle concurrence, c'est quasi impossible de se distinguer des autres.

    Les autres plate-formes que j'ai regardé ne proposent pratiquement aucune offre.

    Est-ce que ce "système" à changé depuis la rédaction de l'article, ou bien faut-il postuler à des centaines/milliers de jobs (en imaginant qu'on en trouve autant)?

    Merci de votre réponse.

    • Assez d’accord avec ce commentére.
      Je commence à me poser la question de devenir indépendant, et donc je voulais en 1er lieu faire ça en // de mon boulot de salarié au début.
      J’ai découvert odesk grâce à ce site.. Mais là, c’est clair que ca me parrait très dur de se mettre en concuurence avec les personnes ne demandant que 20$/h. Avec ça on ne vit pas en france ? Quand on regarde les frelancers qui ont le plus d’gherue sur ce site, ces souvant ces developpeurs à bas coût qui sont présent. Cela parrait difficile quand même de vivre graçe à ces plateformes, vu que le concurence est mondiale, non ?

  10. Bonjour et merci pour cette étude. Ne pensez vous pas que fiverr pourrait y avoir sa place ? Nombre de freelance proposent des taches découpées qui commencent à 5 $ mais qui peuvent monter assez vite pour des travaux plus particuliés. Ex : un logo, il y en a plein à 5 $ de type texte + effet, mais les options sont dispos pour des dessins fait à la main, + avec les psd + les droits complets et au final on arrive à un total de 125 $

  11. Bonjour,
    C’est en voulant me renseigner (malheureusement a posteriori) sur l’un de ces sites que j’ai trouvé la confirmation de mon ressenti : à savoir je me suis faite escroquée… L’argent coule à flot pour ceux qui sont malins et les autres rament…
    Merci pour cette étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge