• Mon profil professionnel

    Webmarketeur | Webmaster | Community Manager
    Graphiste 2D 3D vidéo | Support informatique
  • Me contacter

    Merci !

    Merci pour votre message !

    Il manque des infos !

La professionnalisation du Community Manager

La professionnalisation du Community Manager

20140419-01

Je suis toujours surpris de constater le peu de considération qui est accordée au rôle du gestionnaire de communauté au sein de grosses structures.

J’en ai déjà parlé dans ce blog il y a quelques années, tout comme certaines figures reconnues du web 2.0, mais en faisant un rapide état des lieux, la situation n’a pas spécialement évolué dans le bon sens.

Un exemple ? Effectuons une simple recherche sur de célèbres portails d’emploi.

Sur Monster, pour toute la France, on retrouve 5 offres de CDI pour 5 offres de stage. Un seul de ces CDI propose un salaire supérieur à 30 000 € annuels.

20140419-02

Par contre, les stages proposés sont gratifiés d’une indemnité variable entre 400 et 700 €. Le dernier de la liste compte tout simplement recruter un stagiaire comme chef de projet communication éditoriale.

20140419-03

J’ai testé 3 autres sites dédiés à l’emploi, et tous présentent une similarité dans les proportions de postes en stage/CDI, qui avoisinent les 50-50%.

Exemple avec Keljob :

20140419-04

On va certainement me répondre que les stages favorisent l’insertion professionnelle, surtout chez les jeunes, ce que je conçois fort bien. Mais de là à atteindre 50% des offres du marché…

D’ailleurs, le rapport est d’un tout autre acabit quand on cherche à le comparer dans d’autres secteurs. Il frôle le 1 pour 7 en ce qui concerne l’ensemble des jobs liés à la communication :

20140419-05

De la secrétaire au stagiaire

Alors certes, on constate une évolution depuis les balbutiements de la profession.

Quand l’existence du rôle de Community Manager a été reconnue il y a 5 ou 6 ans, on confiait cette tâche à la secrétaire ou à l’hôtesse d’accueil, car elles disposaient d’un temps infini pour « s’amuser sur Facebook »…

Aujourd’hui, on veut bien allouer un budget de 400 € par mois pour ce poste (auquel de nombreux candidats sur-diplômés aspirent), parce qu’il parait que c’est indispensable, mais on ne sait pas trop bien pourquoi.

Du stagiaire au professionnel

Dans mon environnement professionnel, il m’arrive d’incarner le rôle de formateur. Je tente toujours de vulgariser les idées que je souhaite transmettre par une analogie.

Dans ce cas précis, je comparerais la structure (entreprise, marque, équipement…) à un régiment d’armée, et le Community Manager au responsable des transmissions. Le colonel aurait confié les transmissions à un rookie 2ème classe, afin de privilégier l’armement de ses soldats du front.

Bref, on confie l’image et la communication publique de sa structure à un jeune collaborateur qui :

– ne connait encore pas l’entreprise,

– ne dispose ni d’expérience ni de recul pour analyser comparativement les résultats de sa stratégie,

– et ne réfléchira pas longtemps si une offre plus attractive que son indemnité de stage venait à lui.

Bien entendu, chaque cas de figure est unique. Un stagiaire pourrait parfaitement trouver sa place dans une équipe conséquente, où il assisterait des « seniors ».

Mais dans la plupart des autres cas, quand une seule personne doit remplir ce rôle, souvent en parallèle avec d’autres missions totalement différentes car le budget l’impose, d’autres alternatives sont possibles.

Je prêche pour ma paroisse, mais pourquoi ne pas embaucher un collaborateur plus qualifié, avec des compétences supplémentaires ? Le surcoût de son salaire plus élevé pourra être largement compensé par les économies réalisées sur les autres missions qui étaient sous-traitées en externe (graphisme, rédaction, stratégie…).

Autre solution : développer les compétences internes en misant sur la formation et la promotion.

Il suffit d’identifier les candidats les plus flexibles et les plus curieux, afin de les former au métier de Community Manager. Avec des cursus comme la formation de Tamento (il en existe d’autres, car les premières formations reconnues sont apparues en 2011), il est même possible de former plusieurs collaborateurs à moindre coût, ce qui permet d’éviter de rendre sa communication digitale dépendante d’une seule personne.

Ces formations entrent dans le cadre du DIF (Droit individuel à la formation), et pourraient se révéler bien plus bénéfiques qu’un stage de gestion du stress, ou d’organisation dans son travail…

Pour en revenir aux analogies, le Community Manager d’aujourd’hui me fait penser au marketeur d’hier : il éveille chez ses collaborateurs curiosité et suspicion, et on pressent son importance sans véritablement comprendre les enjeux qu’il représente.

Une phrase tirée de cet excellent article d’Eric Jaffrain, que je vous recommande de lire, résume bien cette idée :

Le marketing n’est pas là pour résoudre les problèmes financiers de l’entreprise, mais doit devenir un art centré sur l’échange avec le bénéficiaire.

Il n’y a qu’un mot à changer à cette phrase pour la mettre au goût du jour.

Commenter via Facebook

One thought on “La professionnalisation du Community Manager

  1. le-marketing.org

    Bonjour,
    La meilleure solution serait en effet de développer les compétences internes. La formation est plus rapide également car la personne connaît déjà l’entreprise, son activité et les enjeux. La stratégie à adopter sera plus réaliste et ne va pas tâtonner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge